Le stress dans l’ombre du travail

Une femme qui semble épuisée par le travail, ce qui illustre le stress causé par le travail

Entrer dans la vie active, c’est disposer de responsabilités, de tâches qui nous incombent une certaine pression quotidienne. Celle-ci implique dans bien des situations des moments de doutes, de tensions qui sont propices à générer du stress.

Nous le verrons durant cet article, les facteurs à l’origine du stress dans le monde du travail sont multiples, et témoignent d’un phénomène qui n’a de cesse de se développer au fil du temps, rythmant nos humeurs mais aussi notre productivité. Ce stress se manifeste sous diverses formes, qu’elles soient visibles physiquement ou non.

Il est important de repérer ces signaux pour conscientiser cet état et trouver des solutions pour y remédier.

Définition du stress

Selon le docteur Hans Selye, qui a introduit le terme de “stress” dans les années 1930, il correspond à une “réaction de l’organisme à une agression par un agent physique, psychique, émotionnel, entraînant un déséquilibre qui doit être compensé par un travail d’adaptation”. Bien que ce stress puisse être envisagé dans un cadre privé, il est évident qu’il peut aussi se développer dans le milieu professionnel. Le monde du travail est effectivement un espace dans lequel il n’est pas rare, voire plutôt fréquent d’éprouver ce sentiment. Cette notion peut être appréhendée sous deux formes distinctes :
  • le stress positif
  • le stress négatif
Dans le premier cas, on se sert de cet état pour être plus productif, plus stimulé et soucieux de bien travailler. Mais cet aspect entre en parfaite opposition avec le second stress, celui dit “négatif”. Ici, il n’est plus question de glorifier cette notion, mais plutôt d’en montrer les inconvénients. On parle de “mauvais stress” lorsqu’il provoque une situation de malaise, des symptômes physiques et émotionnels dérangeants.

L'origine de ce stress

Il existe de nombreux facteurs qui provoquent cet état dans le monde du travail.

  • La pression professionnelle

Compétitivité au sein d’une équipe, charge de travail excessive, délai trop serré de rendu d’un projet ou encore objectifs difficilement atteignables… Ces situations déroutantes, parfois couplées à des conflits entre employés ou à un manque de soutien de la part de la hiérarchie, amènent à développer un sentiment de stress au travail. 

  • La pression individuelle

Parfois, on a cette volonté d’agir au mieux, d’être le plus performant possible, de se fixer soi-même des objectifs irréalistes ou trop ambitieux qui participent à la construction et au maintien de cet état de stress.

À cela s’ajoutent des facteurs externes au monde du travail : vie de couple et vie de famille, santé, isolation etc… Au fur et à mesure que les jours passent, cet état peut s’aggraver et nous fait entrer dans un cercle vicieux dont il est difficile de sortir.

Le stress : tout un langage

Il est indéniable que le travail est une des causes principales du stress. Mais alors, sous quelles formes cela se traduit-il ?

  • Des symptômes physiques

Tels que de l’eczéma, des maux d’estomac, de l’hypertension ou encore des douleurs musculaires. Cela peut s’avérer désagréable, voire dangereux, d’autant plus lorsque ces symptômes se perpétuent dans le temps.

  • Le domaine émotionnel

Anxiété, irritabilité ou encore hypersensibilité sont des symptômes qu’il n’est pas rare de voir chez un individu déclarant être stressé.

De façon générale, le stress au travail a tendance à augmenter les erreurs d’attention, les oublis, les difficultés à se concentrer et à communiquer. L’isolation sociale est d’ailleurs une des conséquences principales d’une période de stress prolongée en milieu professionnel.

Une étude de l’INSERM explique que les personnes qui affirment être stressées ont deux fois plus de risques que les autres de faire une crise cardiaque. En ce sens, on comprend que dans certains cas, ce langage peut prendre des proportions inquiétantes. Il peut s’agir de dépendance (à l’alcool, au tabac ou encore à la drogue), mais aussi de dépression et, dans notre cas, de burn-out. 

Selon le baromètre du cabinet Empreinte Humaine, on estime à 2,5 millions le nombre de salariés en état de burn-out sévère. Cette donnée alarme sur l’importance d’agir face au fléau du stress qui se propage de plus en plus en entreprises.

Comment remédier au stress ?

Il est important de reconnaître cette situation de stress, de la nommer et de l’accepter : c’est la première étape pour y remédier. Nous sommes tous, de près ou de loin, concernés par l’état de stress : c’est un phénomène naturel, qu’il ne convient pas de rejeter ou de cacher. Pour le vaincre, de nombreuses solutions existent, certaines plus efficaces que d’autres en fonction de la sensibilité que chacun y porte.

Les méthodes traditionnelles

  • Communiquer

Cela peut sembler anodin, presque ironique, et pourtant ! La communication est un moyen très simple de se débarrasser du stress au travail : elle permet de se libérer l’esprit. En expliquant ses problèmes, en écoutant parfois ce que les autres en pensent et en mettant des mots sur ce que l’on ressent, on peut déjà épouser un certain apaisement. Pour les personnes qui s’isolent à cause du stress, c’est aussi un moyen de s’ouvrir à nouveau aux autres : une pierre deux coups !

 

  • (Re)trouver un équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle

Objectif : s’imposer des limites “Après 18h, j’arrête vraiment de travailler !”. Ainsi, on peut trouver plus de temps pour laisser libre cours à d’autres activités au-delà du travail. Par exemple, pratiquer des activités sportives, faire de l’art créatif ou lire sont des méthodes qui réduisent le stress et aident à s’aérer l’esprit.

 

  • Gérer son temps et organiser ses idées

Plus on maîtrise notre journée de travail, moins on a la peur de l’inconnu, du “qu’est-ce qui va se passer ?”. C’est un conseil plutôt simple, mais qui peut s’avérer être d’une grande utilité pour remettre de l’ordre dans son environnement professionnel et minimiser tout facteur susceptible de provoquer du stress.

 

  • La pleine conscience

Antoine Lutz, chargé de recherche au Centre de Recherche en Neuroscience de Lyon, explique que pratiquer la pleine conscience “permet d’envisager telle ou telle pensée négative avec plus de discernement. […] Graduellement, on est moins accaparé par cette pensée et, donc, on arrête de ressasser ou de ruminer”. Elle consiste à profiter de l’instant présent, s’intéresser à ce qui nous entoure. C’est une méthode qui aide à relativiser : en prenant conscience de la situation, on peut revoir à la baisse nos craintes et ainsi réduire son stress.

Consulter un spécialiste

  • La sophrologie

C’est une discipline qui combine à la fois des éléments de relaxation, de respiration mais aussi de visualisation positive pour vous aider à gérer le stress, l’anxiété et d’autres troubles émotionnels. Elle améliore la concentration au travail (et en dehors), la confiance en soi et aide à mieux gérer ses émotions. Bien souvent, les sophrologues opèrent par de petits exercices de respiration et de relaxation corporelle. L’avantage, c’est qu’ils peuvent être réalisés au quotidien de manière autonome : un plus pour ceux qui veulent faire de ces techniques leur routine !


  • La méditation

Ici, on souhaite trouver le calme intérieur et la sérénité. Nous en parlions tout à l’heure, la méditation cherche à cultiver la pleine conscience afin de mieux maîtriser son environnement, à travers de petits exercices de respiration et de conscientisation. Cette pratique relève d’une approche plus spirituelle et holistique dans sa quête de réduire le stress au travail, mais elle aussi, elle peut par la suite être prolongée à la maison en autonomie.


  • Faire appel à un psychologue

Si autrefois, cette pratique était connotée de façon péjorative et alarmante, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Dans notre cas, l’objectif est de diagnostiquer et traiter des problèmes comme le stress chronique, la dépression ou d’autres troubles liés au monde du travail. À la différence des méthodes précédentes, l’approche psychologique est plus profonde : on cherche à comprendre les racines à l’origine du stress et trouver un angle de travail pour gérer à long terme ce problème.

Les méthodes originales

  • L’ASMR (ou Autonomous Sensory Meridian Response)

C’est une pratique qui existe en réalité depuis de nombreuses années, un domaine “niche” né sur Internet dans les années 2010. Il s’agit de proposer du contenu audiovisuel, jouant à la fois sur des bruitages et sonorités parfois étranges, mais aussi sur des effets et présentations visuelles permettant aux intéressés de se relaxer. Petit disclaimer : l’ASMR utilise tout ce qu’il est possible de trouver pour réaliser ces bruitages : cela passe par le tapotement d’ongles sur du liège, mais aussi par le chuchotement et divers bruits de bouche. Il se peut que ce contenu vous surprenne, mais rassurez-vous : il existe toutes sortes d’ASMR, vous trouverez sûrement celui qui vous conviendra le mieux ! L’avantage de cette méthode, c’est que vous pouvez en écouter n’importe où, n’importe quand ! Il vous suffit de vous munir d’écouteurs ou d’un casque, de vous installer confortablement et… c’est parti ! Pratique lorsque vous êtes dans un moment de stress au travail et que vous avez besoin de vous déconnecter l’esprit quelques minutes.


  • L’hypnose

Aussi spectaculaire que cela puisse sembler, cette méthode s’intéresse à votre inconscient et peut aider à travailler sur des croyances, des peurs et schémas de pensées qui participent à alimenter votre stress quotidien. Effectivement, certaines sources de stress au travail peuvent provenir de conflits internes ou de dilemmes personnels. En ce sens, l’hypnose aide à les résoudre et tente d’instaurer une certaine harmonie intérieure. De petits exercices peuvent aussi être assimilés pour être réutilisés tout au long de la journée, assurant ainsi des effets bénéfiques à plus long terme. Par exemple, l’hypnose peut associer un processus de dissipation du stress à un mouvement particulier (serrer son poing, positionner ses bras d’une certaine manière…), ce qui peut s’avérer très utile durant une journée de travail chargée.

 

Il est important de rappeler qu’il n’y a pas de bonnes ou mauvaises pratiques parmi ces méthodes pour vaincre le stress. L’objectif est que vous trouviez celle qui vous correspondra le mieux !

Conclusion :

Vous l’aurez compris, le stress au travail est un phénomène récurrent. En ce sens, et puisqu’il touche une très grande partie de la population, il ne faut pas craindre d’en parler : c’est la première étape pour y remédier ! 

Cette situation n’est pas une fatalité : de nombreuses solutions sont envisageables pour réduire ce stress, certaines praticables en autonomie, d’autres nécessitant l’intervention d’experts. 

En revanche, il ne faut pas minimiser cet état, qui peut avoir de lourdes conséquences sur la santé.

Nos capsules de sieste peuvent vous aider à réduire votre stress dans vos journées de travail.

N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez plus d’informations.

#InSiesteWeTrust

Partager cet article

Articles similaires